peur de gagner

Vaincre la peur de gagner : causes, symptômes et conseils pour gérer ses peurs

Avoir peur de gagner, cela peut vous paraître étrange et paradoxal. En réalité, ce terme utilisé par de nombreux spécialistes en préparation mentale est trompeur. Il faudrait plutôt l’intituler la peur de perdre. Plus précisément, il ne s’agit pas de la peur qui survient avant ou au début du match, mais au contraire, lorsque la partie est presque finie et que nous sommes devant.

La peur de gagner correspond donc au moment où le sportif doit conclure le match et qu’il est soudain submergé par l’évènement. Cette notion est principalement utilisée pour le tennis. Un sport où la fin de la partie n’est pas déterminée par un temps défini, mais par un score à atteindre. Aussi, quand le tennisman mène au score et qu’il doit conclure la rencontre, il peut être pris par l’enjeu et ne pas arriver à conclure.

Cette peur de gagner peut véritablement faire basculer un match. Combien de fois avons-nous vu un match de tennis dans lequel le joueur n’a plus qu’à servir pour remporter la rencontre et c’est à ce moment-là qu’il passe complètement à côté de son jeu de service, alors qu’il ne s’était pas fait breaker une seule fois depuis le début de la rencontre.

Pour gérer cette peur, la seule solution consiste à renforcer son mental afin d’être plus solide au moment de conclure et de ne pas céder à la pression.

Peur de réussir : mythe ou réalité ?

Comme nous venons de l’expliquer brièvement en introduction, il ne s’agit pas véritablement d’avoir peur de remporter la partie. Cela n’aurait pas de sens, puisque lorsqu’on fait du sport de compétition, le but est justement de gagner. Dans le sens littéral du terme, la peur de gagner n’existe pas.

Cependant, ce terme est utilisé pour désigner une autre forme de peur, celle qui survient au moment de conclure le match ou quand celui est presque terminé et que nous sommes en train de gagner. Quand arrive ce moment, on se met souvent à cogiter en se disant « j’y suis presque, encore quelques points et je gagne ». Comme on ne veut pas perdre, ces « quelques points » deviennent soudainement des « points cruciaux qu’il ne faut absolument pas perdre ». Et le plus souvent, pour ne pas les perdre on va réduire au maximum les risques, quitte à aller contre notre style de jeu. Pour reprendre l’exemple du tennis, on va avoir tendance à frapper la balle moins fort et en visant davantage le milieu de terrain.

Le problème, c’est qu’en face le joueur peut être dans un état inverse, c’est-à-dire que n’ayant plus rien à perdre il lâche ses coups et donne tout ce qu’il a. En l’espace d’un court instant, la confiance peut donc basculer et changer de camp, et l’issue du match être complètement relancée.

Pourquoi peut-on avoir peur de gagner ? Les causes

Nous avons pris plusieurs fois l’exemple du tennis, mais la peur de gagner se retrouve dans de nombreux autres sports individuels ou collectifs. On peut le voir à l’échelle d’une équipe, quand dans un match de foot, alors qu’elle mène d’un but d’écart et qu’il reste 10 minutes à jouer, une équipe recule et ne joue plus qu’en défense sans venir agresser son adversaire. Nous avons tous en tête la fameuse « remontada » du FC Barcelone face au PSG en huitièmes de final retour de Ligue des Champions 2017. Les Parisiens avaient pourtant remporté le match aller 4-0, ce qui ne les a pas empêchés de perdre le match retour 6-1. Lors de ce match retour, les joueurs n’ont pas respecté les consignes du coach en jouant de façon plus reculée et devant leur but, sans jamais agresser leurs adversaires qui ont eu tout le temps de préparer leurs attaques. Les Parisiens ont été paralysés par l’enjeu de battre enfin le FC Barcelone.

Lorsque l’on est en train de gagner un match important, la pression est un paramètre essentiel. Cette pression peut développer chez le sportif une peur de se faire rattraper et de perdre alors que le plus dur semblait être fait. Apparaissent alors du stress, du doute et un manque de confiance. Des éléments qui peuvent considérablement perturber la façon de jouer du sportif.

D’une certaine façon, cette peur est assez logique puisqu’elle exprime la volonté du sportif de remporter le match. Souvent, elle exprime aussi un manque d’expérience du joueur qui n’a jamais atteint ce stade de la compétition ou battu son adversaire du jour. 

Symptômes de la peur de réussir

Bien qu’ils puissent être légèrement différents d’un sportif à un autre, les symptômes de la peur de réussir sont généralement similaires.

Premièrement, à part dans de rares cas (la remontada), la peur de gagner survient à un moment précis du match : lorsque le joueur peut conclure la partie ou lorsqu’il ne reste presque plus de temps à jouer.

En prenant conscience de cela apparaît une crainte de perdre la rencontre alors que tout semble à portée de main. Le sportif commence à se poser des questions sur sa façon de jouer, qu’il ne doit pas rater son prochain coup, qu’il faut qu’il assure et qu'il joue de façon moins risquée… S’ajoute alors un stress à cause de cette crainte de ne pas réussir à conclure la rencontre. Il sort peu à peu de son match et commence à jouer de façon moins naturelle. Ses coups sont moins tranchants et il commet plus d’erreurs.

Si le sportif ne réagit pas, il risque de s’enfermer dans un cycle où plus il se pose de questions, plus il joue mal, et plus il joue mal, plus il se pose de questions, et ainsi de suite.

Finalement, le joueur peut tomber dans l’irrationnel en se disant que la chance n’est pas avec lui, et perdre totalement sa confiance. Il peut aussi s’énerver et perdre pleinement sa concentration.

La préparation mentale pour vaincre la peur de gagner

Les sportifs qui ne subissent pas cette peur de gagner, ou de façon tellement faible qu’elle n’est pas gênante, sont ceux qui ont le mental le plus solide. En effet, cette peur provient entièrement du mental. La seule solution est donc de travailler son mental pour le renforcer et savoir gérer cette peur.

Ce travail peut être difficile à réaliser soi-même. Un coach mental est donc le bienvenu lorsque la peur de gagner revient trop fréquemment. Son rôle est de nous aider à renforcer notre mental. Il utilise diverses techniques empruntées à la relaxation et à la psychologie pour nous permettre de mieux contrôler nos émotions.

Il s’agit d’une relation qui ne se fait pas sur le court terme. Améliorer son mental peut s’avérer particulièrement difficile et nécessite de la patience. Le préparateur mental nous apprend à garder notre calme, quelle que soit la situation du match et à toujours rester motivé, confiant et lucide.

D’ailleurs, travailler son mental se révèle également très utile lorsque nous sommes dans la situation inverse, c’est-à-dire lorsque c’est notre adversaire qui mène le match, mais qui n’arrive pas à conclure à cause de la peur de gagner. Auquel cas, nous allons pouvoir continuer à semer le doute chez notre adversaire en nous battant sur chaque point afin de retourner la situation.

Nos conseils contre la peur de réussir

Quand cette peur devient trop gênante, nous vous conseillons vivement de contacter un préparateur mental. Il vous aidera à franchir un nouveau cap et à tuer le match quand cela se présente. De plus, un solide mental vous permet de ne jamais abandonner, de toujours croire en vos chances et de jouer à fond jusqu’à la fin de la rencontre. Et quand on est l’adversaire, un tel joueur est très gênant, car il nous pousse à jouer à fond pour ne pas être puni. On ne peut pas se reposer en comptant uniquement sur les faiblesses de l’adversaire. 

Pour éviter la peur de gagner, le mieux est de rester dans votre bulle en éclipsant toutes les pensées extérieures au match. Il faut essayer de continuer à jouer normalement, en prenant les mêmes risques que depuis le début du match sans brider notre façon de jouer. Le plus souvent, dans un sport, il faut toujours essayer d’être relâché, c’est-à-dire ne pas retenir son jeu, tout en restant bien concentré pour ne pas tomber dans une forme de nonchalance.

L’expérience est aussi une solution permettant de vaincre la peur de gagner. En découvrant une compétition ou un adversaire réputé, on peut être submergé par l’enjeu. Puis, au fur et à mesure des matchs, l’expérience nous forge un mental plus solide et elle nous permet de franchir à chaque fois un nouveau palier. Nombreux sont les grands sportifs professionnels à avoir perdu leurs premiers grands matchs à cause de la peur de gagner, et qui désormais, grâce à leur expérience, savent mieux gérer cette situation.

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: